Et si l’on revenait sur la notion de performance ? 

performance

La notion de performance est liée à celle d’achèvement, on évalue le produit d’une action, un résultat. Bien entendu, afin de juger de ce résultat, évaluer la performance, il nous faut réaliser une comparaison : comment porter un jugement sans s’appuyer sur un élément relatif ? Nous serions des despotes si nous ne le faisions. 

Bien souvent, avec les étudiants que nous accompagnons sur nos simulateurs Sciado, la performance d’une équipe est comparée à ses concurrents. Cela crée de l’émulation et doit être stimulant. Mais qu’en est-il quand une équipe demeure en queue de classement ?  

Et, les étudiants s’en servent-ils pour évaluer leur performance et poursuivre leur quête vers une meilleure appréhension des concepts abordés à travers la simulation ?

L’utilité du score, une performance face au collectif 

Le score est la première clé de lecture dont les étudiants s’emparent. Mais comment est-il construit et quelle performance évalue-t-il ? 

Le score du jeu tend à mettre en évidence la performance de l’entreprise ou de l’unité commerciale, qui est à rapprocher de la notion d’« optimum », cet « état le plus favorable, le meilleur possible d’une chose en fonction des conditions données », comme nous le rappelle le Trésor de la Langue Française. 

Dans les simulateurs Sciado, l’équipe finalement déclarée « vainqueure » est celle qui sera parvenue à une combinaison optimum des différents paramètres à prendre en compte. Cela comprend le temps, les dépenses et revenus générés, la satisfaction, la conclusion de contrats, l’impact environnemental, etc. 

Pourtant, d’autres lectures de la performance peuvent être adoptées.  

L’utilité des axes de performance, un enjeu spécifique 

Il est tout à fait possible d’envisager de comparer la performance d’une équipe sur un axe, un des indicateurs de la performance. Dans Startero et Humeo par exemple, il est indiqué aux équipes qu’un score de 100 est attendu pour évaluer sa performance. Chaque indicateur constitue un axe de performance. Alors pourquoi ne pas s’en servir comme tel et utiliser pour point de comparaison l’indice de 100 proposé ?

Sur d’autres simulateurs, sans ce type de repère, il est possible de se fixer soi-même des objectifs. Et pourtant il est fort possible que vous l’ayez déjà vécu : il est plus facile de se laisser porter voire de se désintéresser que de faire l’effort d’identifier un objectif à atteindre. C’est là qu’en tant que formateur nous intervenons. En effet, il est possible d’aiguiller vers une lecture des données et la détermination d’un point d’étape à atteindre. Il peut s’agir de se fixer un objectif de chiffre d’affaires, un taux de marge, un coût d’acquisition optimisé… Tout est possible et nos casquettes d’entrepreneur, formateur, expert dans un (ou plusieurs) domaine(s) ainsi que notre expérience nous permettent de nous faire boussole pour les apprenants. 

La performance comme quête perpétuelle

La performance n’est pas un absolu : elle dépend des autres et surtout de l’objectif que l’on s’est fixé.  

La motivation est fortement corrélée au sentiment de faisabilité. Il faut donc pouvoir orienter chacun vers des objectifs qui soient atteignables et stimulants. Le score ne sera pas toujours le moyen le plus adapté. Être premier ne sera pas toujours faisable (un premier implique de nombreux « non performants » au sens de « meilleur que les autres »).  

Le score est une porte ouvrant à une lecture de la performance, mais ce n’est pas la seule. Paradoxalement il peut même devenir un frein en devenant une fin en soi. 

Vous aurez probablement noté la volonté de Sciado de proposer des indicateurs de performance plus fins que la comparaison entre équipes. Cela comprend des axes de lecture du score de performance et un point de comparaison, l’indice 100. Nous cherchons à faciliter l’appréciation de la réussite par le joueur et la visualisation de marches à franchir. Cependant, ce n’est pas toujours suffisant. 

Pour cette raison, en tant que formateur, il peut être intéressant de vérifier que chacun a un axe de lecture de sa performance et garde en vue les jalons, à portée, qu’il veut atteindre.  

Nous sommes les adjuvants des apprenants héros de la simulation. Aide pour la compréhension des résultats, encouragements et reconnaissance sont autant de soutiens que nous pouvons apporter.


Source :


Floriane travaille chez Sciado Partenaires depuis l’été 2020 et occupe le poste d’ingénieure pédagogique. Particulièrement sensible aux notions d’éducation, elle a fait de sa volonté d’enseigner à autrui son métier depuis de nombreuses années.

L’article vous a plu ?

N’hésitez pas à le partager

Consultez une autre actualité

Co-construction du savoir
Blog

La co-construction du savoir

Lorsque le savoir est transmis à l’élève, il peut l’apprendre sans le comprendre, à l’image d’une formule ou d’une définition apprise par cœur. De ce

Lire la suite »