fbpx
Créateurs de Business Games Pédagogiques

 Quelles sont les limites du distanciel ?

 Quelles sont les limites du distanciel ?
27 janvier 2021 Sciado Partenaires

Article rédigé par Linda ATTARI, formatrice partenaire Sciado


En tant que formatrice, j’ai dû prendre en main le passage vers le distanciel et les modalités hybrides à partir de mars 2020. Je me suis posée mille questions concernant la façon dont j’enseignais. Notamment, sur comment restructurer mes cours, comment favoriser les activités permettant l’engagement et l’envie de mes étudiants. 

Comment mettre en œuvre les enjeux de ces nouveaux challenges de la classe inversée en mode distanciel ? 

J’ai réussi à assurer la continuité de mes cours, à l’aide de différents outils de visioconférence et classe virtuelle.

Cependant, j’ai constaté certaines limites pour ce modèle distanciel, qui résident, à mon sens, dans 3 paramètres : la durée, le séquencement et les activités pédagogiques.

La durée

La première limite que je remarque concerne la durée des modules. La vérité est qu’avec un séquencement spécifique ou de déconnexions, la bande passante est parfois limitée sur Internet. C’est aussi un paramètre à prévoir : rester raisonnable sur le timing et revoir la durée de modules.

En résumé : ne pas surcharger la journée en distanciel et se concentrer sur les objectifs pédagogiques prioritaires.

Le séquencement

Il est crucial en distanciel de maintenir l’attention en dynamisant l’apprentissage, encore plus qu’en présentiel. Pour cela, prévoir des séquences plus courtes et plus rythmées (entre 20 et 45 minutes chacune) qu’en présentiel et avec des activités variées. Ce que j’ai pu apprendre et mettre en œuvre avec le simulateur Digithero de Sciado. 

En revanche, cela engrange plus d’énergie côté formateur et apprenant car la concentration est plus forte sur un écran. Malheureusement, nous ne voyons pas forcément les étudiants en visioconférence pour vérifier leur réaction face à un feedback.

En résumé : il faut optimiser le nombre et la durée des séquences pédagogiques dans une granularité fine. Autrement, cela ne fonctionne pas.

Les activités pédagogiques

En formation à distance, il faut réduire les apports aux essentiels ou aux connaissances strictement nécessaires, quitte à permettre aux participants de compléter leurs connaissances avant ou après la séance de cours. 

Il faut prévoir davantage de travaux individuels et en sous-groupe, avec des restitutions régulières. Avec une plateforme aidante type moodle. Il faut être très pédagogue sur les critères d’évaluations et de restitutions. Bien prendre en main côté intervenant les outils types test – QCM sur le moodle.

En résumé : structurer et cadencer davantage qu’en présentiel et mettre l’accent sur l’accompagnement: varier les activités et encore plus soigner les supports avec des outils types.  

Avez-vous remarqué aussi d’autres limites du distanciel ?

Et si oui, lesquelles ?


linda attariAncienne chef de projet, consultante en management de projet High Tech et déploiement de projets data, Linda ATTARI est enseignante et dirigeante du cabinet Attari Consulting, en Conseil & Formation Data Management, Business Intelligence et Performance Industrielle. Elle dirige également le programme Master/MBA Big Data & Marketing Manager à l’INSEEC Lyon ainsi que le pôle Data MSc1 et MSc2.

Ses publications pour Harvard Business Review et Survey Magazine ainsi que les conférences qu’elle anime portent sur les enjeux d’entreprises liés aux challenges big data.

En plus, Linda supervise des thèses MBA pour l’Université de West Scotland et trouve le temps de collaborer avec Sciado Partenaires.  

Quelles leçons peut-on tirer de l’apprentissage à distance en 2020 ?

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*