fbpx
Créateurs de Business Games Pédagogiques

France Compétences, le nouvel organisme de financement des formations professionnelles

France Compétences, le nouvel organisme de financement des formations professionnelles
20 février 2019 Mirela OPREA

France compétences est le nouveau organisme qui a remplacé les instances de gouvernance nationales (COPANEF, CNEFOP) et absorbé le FPSPP CNCP. Par conséquent, il assurera le financement, la régulation, le contrôle et l’évaluation de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Nous vous rappelons que la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel prévoit plusieurs changements dans la formation. Un de ces changements est la création de France compétences le 1er janvier 2019.

En réunissant la CNCP, le CNEFOP et le FPSPP nous avons la capacité et les expertises nécessaires pour réussir une grande ambition : la création de la première autorité de régulation et de financement de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

Stéphane LARDY, Directeur général par intérim de France compétences

Placée sous la tutelle du ministre chargé de la formation professionnelle, son rôle est de répartir les fonds mutualisés aux différents acteurs de la formation professionnelle et de l’apprentissage.

L’organisme va également réguler la qualité de la formation. En plus, il émettra des recommandations sur les coûts, les règles de prise en charge et l’accès à la formation.

France compétences joue donc un rôle clé dans la transformation de l’offre de formation. En lien avec les branches, elle participe à la construction des titres et des diplômes professionnels.

Quelles sont les missions de France compétences ?

Stéphane Lardy explique également que France compétences doit contribuer aux enjeux portés par la réforme de la formation professionnelle. En effet, l’organisme doit :

– permettre à tous (salariés, demandeurs d’emploi, entreprises) de s’adapter aux mutations technologiques et de progresser en compétences ;

– donner à chacun plus de liberté professionnelle : liberté de choisir un métier correspondant à ses aspirations, de changer ou de créer son entreprise, d’innover dans la formation de ses salariés ;

– garantir plus de protections pour s’insérer et évoluer sur le marché du travail.

Enfin, l’institution assurera la transparence des coûts et des règles de prise en charge de la formation professionnelle.

Sources : France Compétences ; Ministère du Travail 

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*